يد واحده ما تصفق

Yedd ouahda ma tsafek
Une main toute seule ne peut pas applaudir

dimanche 25 avril 2010

le Maghreb à travers l'école d'Alger




L'école des beaux arts d'Alger est une école dont l'histoire date de plus de 160 ans. Plusieurs grands artistes furent enseignants ou élèves dans cette école ayant comme thème principal le Maghreb sous tous ses aspects, peinture, sculpture, céramique, fresque, illustration gravures. Nous allons voir comment le Maghreb est représenté à travers cette école. Nous allons donc, en premier lieu parcourir l'histoire de cette école, avant de présenter quelques peintres et peintures.



I/Fondation de l'ecole d' Alger


1) Son histoire


l'école des Beaux Arts d'Alger a étè crée le 8 novembre 1881, avant cela, vers 1843, elle était simplement une école de dessin, elle devient officielle en 1848. En 1881, elle devient donc Ecole des Beaux Arts d'Alger aprés avoir changé de locaux et s' etre considerablement agrandie. Les cours y sont gratuits et le recrutement se fait sans examens. En 1924 l'école comptait 400 élèves, on y enseignait le dessin, la perspective, le modelage, l'architecture, l'anatomie,


l'histoire de l'art, les décorations, les mathématiques et une section de ceramique. En 1952 l'école comptait 308 élèves. Le décret du 27 Octobre 1985 va ériger L'école nationale des Beaux Arts en école Superieure des Beaux Arts ; l'entrée se fait donc désormais sur concour.


2)Ses fondateurs


Il y a un nombres très importants d'artistes, des aquarellistes, le plus souvent américains qui sont a l'origine de la fondation de l'Ecole des Beaux Arts d'Alger. Sous la politique de Jonnat, on voulait créer sur place une élite artistique.


II\La représentation du Maghreb par l'ecole d'Alger sur différent thèmes



Les nombreux peintres de l'Ecole d'Alger sont le plus souvent inspirés par leur environnement le paysage ou les populations maghrébines sont donc souvent representés en particulier dans les peintures. Nous allons donc voir d'abord quelques artistes peintres montrant la beauté des paysages maghrébins puis nous verrons la manière avec laquelle les peintres représentent la population du Maghreb.


1)Villes et paysages

M. Antoni-Gautier, Terrasses d'Alger


Parmi tous les peintres s'inspirant des paysages du Maghreb, Marie Antoni-Gautier nous propose à travers son tableau intitulé "Terrasse d'Alger", une présentation chaleureuse des habitations Maghrébines. En effet le jeu des couleurs nous donne l'impression que la ville est lumineuse et accueillante.

S. Mondzain, Rue d'Alger

Tout comme le Tableau de Simon Mondzain qui nous plonge directement dans les rues toujours aussi lumineuses de la ville représentée. Des autres peintres comme George-Antoine Rochegrosse s'inspirent beaucoup de la flore du jardin à El-Biar ou encore Emile Aubry dans son tableau représantant le paysage de petite Kabylie. Tous ces tableaux donnent un aspect paisible est agréable a la ville d'Alger.

G.-A. Rochegrosse, Jardin à El-Biar, 1931


E. Aubry, Paysage de Petite Kabylie



2)Les habitants

M. Bouviolle, Place du marché à Ghardaïa, le matin

Tout comme les illustrations des paysages, les portraits des habitants d'Algérie ont tous un aspect calme et serein comme le prouve le tableau de Maurice Bouviolle intitulé "Place du marché à Ghardaïa " dans lequel on peut voirune rue dans laquelle se baladent paisiblement des personnages. La couleur dominante dans ce tableau est le blanc ce qui renforce l'atmosphére paisible de celui-ci. Un autre tableau intitulé "Arabe d'un café maure" peint par Charles Brouty nous propose le portrait d'un personnage qui a l'air ailleurs, il semble être soucieux. On a l'impression qu'il s'agit d'une photographie faite à l'insu de la personne.

C. Brouty, Arabe d'un café maure


Conclusion :


Les peintres de l'école des Beaux Arts d'Alger donnent une vision plus ou moins optimiste de la ville d'Alger que ce soit à travers la population, le paysage ou encore la représentation de la ville. A chaque fois on peu constater des couleurs claires et "chaleureuses" qui donnent un aspect accueillants et harmonieux à la ville d'Alger.





Une contribution de Monia et Ophélie (1ère L2 d'Epinal)

1 commentaire:

  1. Dommage que les sources ne soient pas citées. Aujourd’hui encore on peut retrouver une ambiance et des lieux sur ces tableaux. Actuellement, l’école des Beaux arts compte des artistes bien plus modernes voire avant gardistes comme Amar BOURAS, ou BAYA. SG
    Étude intéressante mais qui aurait pu être plus aboutie. Sources, éléments biographiques sur les peintres manquent. EA

    RépondreSupprimer