يد واحده ما تصفق

Yedd ouahda ma tsafek
Une main toute seule ne peut pas applaudir

lundi 4 avril 2011

L'integration des arabes dans la musique



"Je viens d'ici et d'ailleurs "est l'hymne de toute une génération de musiciens maghrébins dont la popularité croit de jour en jour depuis les années 1990'. Désignant à la base un groupe ethnique venant d'Arabie, le terme arabe est souvent associé à la religion musulmane. Qu'est ce que l'integration? C'est un processus durant lequel une personne initialement étrangère ou jugée comme telle devient membre d'une communauté. C'est le cas de ces arabes qu'on limitera à l'Afrique du Nord, qui tiraillés entre deux pays, deux cultures, deux mondes, diametralement opposés vont tenter de percer et de conquerir le Monde occidental dans lequel ils vivent . De Casablanca à Tunis en passant par Oran, les mentalités et traditions arabes sont très spéciales et quelque peu étrangère à la culture francaise, mais en passant la frontiere, certains utilisent leurs origines aux rythmes entrainants pour atteindre le sommet des Hits parades, d'autres au contraire, considèrent leur culture "arabe" comme un handicapes dont ils tentent de se detacher pour se fondre dans la masse des chanteurs europeens. Ainsi, comment les chanteurs arabes evoluent ils pour s'integrer dans un milieu occidental, de par leurs origines et leurs traditions? Nous verrons tout d'abord comment, des chanteurs originaires du maghreb décident de prendre leur culture comme source d'inspiration pour ainsi attirer les auditeurs de par un exotisme et une fraicheur dans le choix de leurs chansons, ensuite, à l'opposé, nous avons des chanteurs qui veulent "faire francais" jusqu'au point où ils sont renié par les francais et par les arabes. Enfin, on montrera comment depuis 20 ans, la communauté arabe se détache de l'environnement occidental en gardant ses traditions, sa mentalité pouvant mener à la création d' une barrière d'integration.

I-Utiliser ses origines pour réussir:

Les thèmes des immigrés maghrébins sont souvent utilisés dans le cinéma ou encore dans la musique. La vie en banlieue, le "bled" ou encore le racisme sont devenus des sujets qu'on peut retrouver dans n'importe quelle chanson écrite notament par Rai'n'b fever, un collectif de Raï et de R'n'b crée en 2001. Le nom du collectif est un mélange de ces deux styles. Ce groupe a été initié par le duo de DJ Kore & Scalp, devenus en l'espace de trois ans les producteurs français de RnB et de Raï les plus prisés. Le groupe compte plusieurs chanteurs d'origine maghrebine comme Amine ou Rim'K, de son vrai nom Abdelkrim Brahmi, chanteur de 113 à l'origine. Ils chanteurs au rythme des musiques africaines, arabes avec un esprit de solidarité entre les communautés étrangère pour s'integrer tous ensemble en faisant de leurs difference une force. En 2004, sort la chanson " Un gaou à Oran", parfait mélange entre la culture ivoirienne, algérienne, en pleine banlieue parisienne. Elle apparait dans la compile de Rai'n'b fever, chanté par Magic System et 113. http://www.youtube.com/watch?v=S4FE85bo4cI On peut voir dans le clip, les mères noires africaines, les mères algériennes dans leur quotidien, la vie dans les cités, lieu de rassemblement des immigrés. Ils portent des djellabas, habit traditionnel arabe et on voit une femme faire du couscous à 0.53min. Ce melange de culture fait vendre: 98 300 d'exemplaires vendu pour ce titre, qui sera le tube de l'été 2004 en France. Mis à part le melange culturel africain, il y a ceux qui mélange Maghreb et France. En effet, prenons l'exemple de Faudel, considéré comme le Prince du Rai Faudel Belloua est un chanteur de raï et un acteur français, d'origine algérienne né le 6 juin 1978 à Mantes-la-Jolie. Il connait un énorme succès auprès de la jeunesse, avec notamment la chanson "Mon pays" où il parle du village natal de son père en Algerie. Même si elle est écrite en francais, cette chanson aborde le thème du déracinement de la 2eme génération d'immigrés, et du fait qu'ils ne connaissent pas leur pays d'origine: http://www.youtube.com/watch?v=BGhxQb56__4.

Si certains chanteurs décident de mélanger leur culture à la culture francaise pour attirer un maximum de personnes, d'autres gardent leur langue natale pour atteindre un public plus précis, plus intellectuel. En effet, c'est le cas de Rachid Taha, un chanteur franco-algérien, qui a vécu en France presque toute sa vie, mais qui a renoué avec la langue arabe pendant son adolescence difficile et qui aujourd'hui se produit partout en France et a un public dans une tranche d'âge supérieur à 30ans. Il a été à plusieurs reprise l'invité de Nagui sur le plateau de Taratata sur France 4. Il n'est pas connu de notre génération, du moins nous ne le connaissons pas de nom, cependant, en effectuant nos recherches, nous sommes tombées sur une chanson que l'on connait tous en Tunisie, on chante souvent dans les mariages ou autres, mais le nom de l'auteur on ne le connaissait pas: http://www.youtube.com/watch?v=nubhj-F7VCc . Même s'il chante en arabe, qu'il revendique la culture algérienne comme sienne et qu'il ne considère pas la France comme son pays, il est très apprécié. Il se produit à Paris au Bataclan le 22 mars 2007, à l'Olympia à Paris le 10 novembre 2009. Il emmène ses nouvelles chansons sur de nombreuses scènes européennes. Sa collaboration avec Faudel et Cheb Khaled le fait connaitre parmi la jeune génération de fans de Rai. Ce sont les trois grandes figures du raï français. Forts de carrières solo bien remplies, les trois acolytes ont réalisé en 1998, un tour de chant et un album, intitulé 1, 2, 3 Soleil. L'un des plus gros événements raï organisés en France, a eu lieu à Bercy, il était plein à craquer. Ce concert a rassemblé donc sur scène Khaled, Taha et Faudel, qui ont proposé un récital aussi hétéroclite qu'ensoleillé en ce mois de septembre 98 :


En France, une véritable communauté arabo-musulmane s'est créee depuis les années 80. Il existe plusieurs facteurs d'intégration et la musique en est un puissant. On peut voir ici, la création d'une radio en région lyonnaise. Depuis sa création en 1991, RADIO SALAM LYON s’est imposée dans le paysage radiophonique lyonnais. Elle est la première radio associative en terme d'audition. D'expression fraco-arabe elle est une référence pour la sauvegarde et la découverte de la richesse de la culture arabo-musulmane et une vraie passerelle entre les différentes générations de l'immigration arabe et entre la République française et ses citoyens dans leurs diversités. Une soixantaine de personnes, hommes et femmes salariées ou bénévoles oeuvrent ensemble pour que nos auditeurs s'approprient leur citoyenneté: http://www.radiosalam.com/ .


II-Se fondre dans la masse jusqu'à l'oubli et l'exclusion:

Lââm chanteuse française d’origine tunisienne se fait siffler lors du match Tunisie-France. De son vrai non Lamia est une chanteuse et actrice française d’origine tunisienne. Celle-ci endure une enfance difficile et se retrouve à la DDASS, qu’elle va convaincre de lui payer des cours chants. De ce fait elle vit intensément sa passion de petite fille et grâce à sa persévérance dans le domaine de la musique elle devient connue du grand public français. Cependant, de part ses origine tunisienne celle-ci n’est pas vu par les français comme étant française mais plutôt en tant qu’immigré intégré a une société occidentale différente de la sienne. En 2008, lors du match amical Tunisie-France, Lââm a interprété la Marseillaise au Stade de France dans un contexte particulièrement hostile. C’est en effet sous des huées et coups de sifflet que la chanteuse a déclamé les paroles de l’hymne national français à capella. Lââm a fait preuve de courage et de ténacité en continuant l’hymne jusqu’au bout comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessous. La vidéo : http://www.dailymotion.com/video/ktsHb6ZLdtDkbYNSxF#from=embed&start=20 Ce n’est pas la première fois que cela arrive lorsque l’équipe de France affronte un pays du Maghreb. Le cas s’était déjà produit contre l’Algérie (en octobre 2001) et le Maroc (en novembre 2007). On pouvait donc en partie s’y attendre mais cela n’enlève rien à la prestation particulièrement courageuse de la chanteuse vu les circonstances. «J’avais un peu les boules, mais je suis restée concentrée », a-t-elle déclaré suite à l’incident. « Pour un match amical c’est bête. J’étais fière d’être là. Après il y a toujours trois abrutis, enfin là ils étaient un peu plus, pour siffler La Marseillaise… Je suis restée concentrée sur les paroles». En outre, on remarque que cela reflète malgré tout de gros problèmes sociaux dans la nation française. En effet se manque de respect peut ainsi traduire le manque de dialogue et de pardon vis-à-vis de l’histoire entre la France et les différents pays du Maghreb, et également les problèmes de violence visible en banlieue. De ce fait on remarque le non respect du pouvoir mis en place et des institutions. On peut en déduire qu’une partie de la foule a jugé bon de prendre en otage la Marseillaise et cette fête du sport pour faire donc passer très maladroitement un message qui reste à cette heure obscur. Chez les politiques, il demeure une indignation grandissante comme on peut le constater ci-dessous. "Tout match où notre hymne national sera sifflé sera immédiatement arrêté. Les membres du gouvernement quitteront immédiatement l'enceinte sportive où notre hymne national a été sifflé", a affirmé la ministre des Sports Roselyne Bachelot, après une réunion avec le président Nicolas Sarkozy et le patron du foot français Jean-Pierre Escalettes. "Quand un match aura donné lieu à de tels sifflets sur notre hymne national, tous les matches amicaux avec le pays concerné seront suspendus pendant un délai qui restera à fixer par le président de la fédération", a-t-elle ajouté. De son côté, le président du groupe UMP à l'Assemblée, Jean-François Copé, a exprimé son "indignation": "La répétition de ces actes scandaleux doit nous inciter à faire preuve de la plus grande fermeté: quand l'hymne national est conspué, le match doit être arrêté et des sanctions doivent être prises à l'encontre de ceux qui ont ce type de comportements. On peut par exemple envisager des interdictions de stade". Il a exprimé son "incompréhension" devant l'attitude de "certains jeunes Français qui ne se reconnaissent pas dans la France, dans ses valeurs et qui finissent par siffler l'hymne de leur pays. C'est le symptôme d'une certaine faillite de notre politique d'intégration, de la politique de transmission de notre Histoire collective".

III-Les traditions et mentalités arabes ==>barrière de l'integration:...à suivre?

Conclusion:

Pour s'intégrer, les chanteurs d'origine maghrébine choisissent des stratégies différentes. Soit ils décident de prendre leur culture et en font un argument de vente, soit au contraire, ils s'en détachent pour ne pas être assimilés à des immigrés "beurs". On a aussi pu voir comment les traditions et les mentalités, qu'elles soient du côté français ou du côté arabo-musulman sont une barrière à l'intégration, illustrées par plusieurs chansons que nous avons écouté. Les stéréotypes et aprioris au sujet des maghrébins font l'objet de controverse au sein de la société française et occidentale, dans le milieu du cinéma, de la musique ou encore politique.


Pochette du second album de Rai’n’b Fever II sorti en 2006. Sur l’image on peut nettement voir qu’on cherche à rappeler la culture orientale et le monde arabe. En effet, la scène se passe dans un désert, on voit les dunes, des palmiers en arrière plan et notamment un homme qui pourrait être un Touareg avec son chameau. De plus, derrière les dunes, on peut voir un bâtiment de construction typiquement orientale, dont la forme peut rappeler une mosquée et où le petit morceau au sommet est en général un croissant, symbole de la religion musulmane. • Rim’K, leader du groupe 113 et fondateur de l’union musicale « Maghreb United » qui est aussi le titre de son album solo sorti en 2009 et qui sera disque d’or. C’est un mouvement d’artistes d’origine maghrébine qui a fait beaucoup de bruit en France. En effet, l’un des concerts a été interdit :


Sources:




En plus des liens qui suivent les parties à chaque fois.


Leila et Nour

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire